Posted on

Rien ne va plus à Bordeaux ! Malgré un bon début de saison avec une sixième place en Ligue 1 et une stabilité défensive retrouvée, le club Girondin subit actuellement une vague de turbulences. Déjà sceptiques concernant le projet sportif des nouveaux investisseurs GACP, les Ultramarines montent au front pour exprimer leur désaccord quant à la gestion du club.

Des désaccords de fond

Lorsqu’il a racheté les Girondins fin 2018, le fond d’investissement américain GACP a d’emblée annoncé la couleur : pas de moyens démesurés ni de podium en ligne de mire. L’objectif est plutôt de développer le club autour du marketing et de l’image de marque de la région Bordelaise. Concernant l’aspect sportif, l’accent sera mit sur les ventes de joueurs à fort potentiel, à l’instar de celle de Koundé l’été dernier.

L’équipe dirigeante à peine formée avec la nomination de Frédéric Longuépée en tant que Président Délégué, celle-ci doit déjà faire face à la grogne de ses supporters, lassés par des années de disette et qui sentent le peu d’ambition sportive des nouveaux propriétaires. Pire, les premières déclarations du nouveau dirigeant parlent de « divertissement » et d’ « expérience stade », et non de compétitivité ou de plan de jeu. Ce qui se passe sur le terrain apparaît dès lors secondaire et c’est ce qui irrite les aficionados du FCGB.

Les mois passent et les fans bordelais constatent vite que leurs craintes sont fondées. Malgré le gros coup Koscielny, le mercato a été très timide et à l’heure de démarrer l’exercice 2019-2020, l’effectif présente toujours un manque de profondeur et des lacunes. Sujet à de vives critiques, Longuépée se déclare satisfait du mercato Girondin :

« Un mercato plein de bon sens. Nous ne sommes pas dans des investissements feu de paille. Nous sommes Bordeaux, nous sommes là pour longtemps et il est important de construire dans la durée.« 

Cette sortie ne manquera pas de faire réagir les Ultras du club, jugeant que les chantiers amorcés sont insuffisants pour construire un projet perenne sur le long terme, et que le staff ne « place pas le terrain comme leur priorité ». Le collectif déclarera cette phrase qui résume à celle seule la situation en interne :

« Il [Longuépée] nous parle du club comme d’une marque. Non, c’est un club de football historique. Ici rien n’est à vendre, ni notre nom, ni nos couleurs, ni notre scapulaire. »

La banderole des Ultramarines1987 déployée lors de FCGB-PSG : « Président, vous nous avez pris pour des clients, nous sommes des supporters »

Polémique de la billetterie : la goutte d’eau qui fait déborder le vase

Depuis quelques matchs, un événement a mit le feu aux poudres et envenimé encore plus les tensions entre les deux camps.

En effet, certains supporters ont remarqué que le virage sud du Matmut Atlantique affichait complet pour les matchs contre Metz, Brest et Saint-Etienne. Impossible d’acheter une place en « VS » sur le site de la billetterie alors que le jour du match, les tribunes sont loin d’êtres pleines. Les Ultramarines dénoncent immédiatement une stratégie de manipulation de la part des dirigeants, qui auraient volontairement limité les ventes de tickets en virage. Selon eux, avec cette technique le club aurait incité des fans à acheter leur place dans d’autres tribunes plus chères. Par exemple, pour la catégorie juste au dessus en quart de virage, le tarif passe de 15 à 27 euros. Une manne non négligeable pour les dirigeants qui veulent doper les revenus de la billetterie, mais un procédé douteux qui ne passe pas du tout sur les bords de la Garonne.

Si le club a communiqué après le match contre Brest en parlant d’un dysfonctionnement, les Ultras ne sont absolument pas convaincus et Frédéric Longuépée a perdu le peu de crédit qu’il lui restait suite à cet épisode.

La réplique ne se fait pas attendre. Lors de la réception de St Etienne dimanche dernier, les Ultramarines ont déployé des banderoles demandant les démissions de Longuépée et Antony Thiodet, le responsable marketing. De surcroît et pour marquer le coup, les pensionnaires du Virage Sud ont délaissé leur place, la tribune restant complètement vide tout le long de la rencontre. Après le match, les groupes de supporters ont tenu a justifier leur position :

« On sait qu’on a handicapé l’équipe mais on a voulu montrer que quand on insulte le peuple, il ne chante plus. »

Le conflit semble avoir atteint un point de non retour et un réchauffement des parties apparaît compliqué. Surtout, le propriétaire Joe DaGrosa est resté muet sur cette affaire ce qui renforce le sentiment d’abandon des supporters. Ceux-ci seraient déjà en train de réfléchir à de nouvelles actions pour se faire enfin entendre…

Ci dessous le communiqué des Ultramarines1987 en date du 28 septembre, dans lequel apparaît le hashtag #LonguépéeDémission

10 Replies to “Tensions à Bordeaux : le torchon brûle entre les Ultramarines et la direction du FCGB”

  1. After looking into a few of the blog articles on your website, I really appreciate
    your technique of blogging. I added it to
    my bookmark website list and will be checking back soon. Take a look
    at my website as well and let me know how you feel.

  2. A person necessarily help to make critically posts I might state.
    This is the first time I frequented your website page and
    thus far? I amazed with the research you made to make this particular post extraordinary.

    Magnificent job!

  3. Awesome website you have here but I was wondering if
    you knew of any message boards that cover the same topics talked about here?
    I’d really like to be a part of online community where I can get responses from other experienced individuals that share the same interest.
    If you have any suggestions, please let me know.

    Thank you!

  4. Howdy would you mind letting me know which web host you’re working with?

    I’ve loaded your blog in 3 completely different browsers and I must say this blog loads a lot quicker then most.
    Can you recommend a good hosting provider at a fair price?
    Many thanks, I appreciate it!

Laisser un commentaire